Manguier (5)

19 mai 08

Un oiseau petit, ailes courtes, à la prise d’air, au sol – les lèvres trop lourdes et trop gercées pour reprendre ce son-là.

.

Le soleil fort est une caisse de résonance. Le moindre son s’y découpe si nettement ! Un jeu de dés sur un tambour. On y entend les arbres craquer. C’est l’heure privilégiée pour un gamin – seuls ceux-là à rester dehors, à traverser des pans de lumière en chantant une ritournelle – il y a ici de quoi faire pousser sa voix, si le vent ne s’y met pas aussi, aux dimensions d’un géant – pendant joyeux de la ritournelle de couloir sombre, la nuit.

.

Sommeil profond pris, saisi en haut de cet arbre. Bois noyé, vertèbres démesurément longues.

Publicités

Une Réponse to “Manguier (5)”

  1. merci pour tous ces billets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :