Manguier

19 mai 08

.

« Il y a un grand appel d’on ne sait quoi de grave ». HM

.

Ces feuilles de manguier. Elles chutent mollement par touffes, par mottes, par agrégats. Etonnamment elles se rétractent avant le sol, d’un geste gracieux, par-dessus la poussière elles refont concrétion sur la branche, on s’y blottirait, elles figurent les derniers nuages pour Dieu le père.

.

Ces feuilles de manguier chutent mollement, jusqu’au sol presque elles étirent leur pâte et se rétractent, élégantes, à un mètre à peine de la poussière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :