Le mou

1 septembre 08

.

Étonnantes ces formes que le rêve saisit, ces déguisements – trois phrases d’une chanson détournées, un mot-valise, quelque chose qu’on n’ouvre pas, qui transpire pourtant. C’est dans la tête comme un sucre dans l’eau chaude.

.

Les chemins d’une tête mal réveillée. Le mou dans lequel elle marche, vite étonnamment, espace restreint.

.

Moins d’intérêt au réveil pour la vitesse, l’idée qui file d’un point à l’autre. Plutôt la graine, la condensation : le bain.

.

œil rouge plié, bouche ouverte.

.

Image: Ernest Pignon-Ernest

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :