Looking for them

3 septembre 08

It is difficult
to get the news
from poems
yet men die miserably
every day
for lack
of what is found
there.
William Carlos Williams

.

« Je m’appelle Renato, mon père est italien, il est monté sur le bateau [lors de l’évacuation de 1994, peu avant la fin en débandade de l’opération américaine  » Restore Hope  » en Somalie] , mais il n’a pas vu que les gardes m’ont refoulé. Le bateau est parti sans moi. Mon père s’appelle Franco Malvestito. Après, j’ai reçu deux balles dans la tête, mon cerveau est touché, je ne suis pas normal, j’ai deux enfants, vous croyez que je vais m’en sortir ? »

Noté par Serge Michel, Le Monde – Somalie, janvier 07

.

« Je l’avais cachée sous ma langue, j’ai été réveillée par un homme qui me tenait la bouche ouverte et qui fouillait dedans avec ses doigts. »

Noté par Yves Eudes, le Monde – Paris, La Goutte d’or, mars 2005

.

« Quand on a eu notre premier UVF [Unité de visites familiales], il y a deux mois, cela faisait huit ans, depuis l’Espagne, qu’on n’avait pas couché ensemble. On était tellement nerveux, on faisait tout pour éviter le lit. »

Noté par Ondine Millot, Libé – Avignon, juin 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :